J'ai reçu cette vidéo il y a quelques jours, et c'est une émotion qui se faufile un peu partout sur moi,  à voir les images de ce concert, je ne suis pas la seule...  ( cliquer pour écouter ... et voir)

3 minutes et 20 secondes de chair de poule, d'yeux humides et d'un plaisir sincère, de longues, longues minutes d'applaudissemnts, une vraie émotion à ne pas cacher.

Mais ma palme des troubles merveilleux revient à Clair de Lune de Debussy, à écouter ( pareil, on clique, on met le son, et on s'envole ...)... Ce morceau, je sais que même si je l'écoutais chaque jour ma colonne vertèbrale se mettrait à vibrer, mes yeux à briller, mon imagination à vagabonder...

Et devinez ce qui se passe en ce moment même ? Sur le bord de mes paupières elles sont là les traces d'eau de mer, petit océan sur le bleu de mes yeux parfois si verts les jours de colère ou de pluie incessante ...

Pendant que je pianote sur le clavier, l'artiste fait courir ses doigts  sur les touches qui furent peut-être d'ivoire et d'ébène lorsque Debussy composa ce bijou musical , heureusement les temps ont changé et les éléphants, bien qu'encore chassés par les braconniers, ils sont moins la cîble des imbéciles, et puis que voulez vous, j'aime la fragilité de ces cousins des mastodontes, leur imposante carrure adoucie par un regard tendre... j'aime les contrastes des êtres et certainement pas ceux sûrs d'eux  et moins encore ceux qui vous jettent leur soi-disant bonté à votre égard comme un cadeau alors que vous n'en méritez rien semble t'il ...

Mais là je m'égare, il sagit d'un coup de g... envers quelques personnes ayant eu des mots plus invasifs qu'un poison distillé sur mes blessures...

Je reviens de ce pas vers mon ôde aux images à poser sous les paupières, une demande de moi à vous d'être dans le merveilleux, de le voir, de l'admirer, de l'inventer.

N'avez-vous jamais joué de votre imagination en écoutant une musique, élaboré un scénario, des personnages et des lieux d'un ailleurs ?

Si vous ne l'aviez plus, retrouvez vite votre âme d'enfant, faites bosser vos neurones, celles qui sont endormies parfois pour aborder les jours et les nuits, prenez parfois un instant, avec vous-même, avec vos enfants, avec vos amis, prenez une feuille et mettez là dans un endroit où vous serez bien, une page blanche de votre imaginaire fait particulièrement bien l'affaire et laissez vagabonder, venir à vous tout ce qui se présentera...


Pas simple ? Je sais bien, un Oscar n'est pas le but, le "seul" plaisir que vous en tirerez laissera une émotion palpable au plus intime de vous, et fera que vous serez plus réceptif à l'invisible du commun des mortels.

N'ayez pas peur de griffonner sur les cahiers pendant une réunion, de laisser votre tête sur des ailleurs quand l'entourage devient violent, quand vous sentez les griffes acérées des arracheurs de coeur et de joie tenter de se repaitre de votre bel humeur et de vos yeux de lumière, ne laissez pas les jongleurs de sentiments tenter d'effacer votre part de rêve, votre envie d'y croire.
Et si votre coeur devait être manipulé par des mains trop sales, si vous deviez perdre cette part illuminée avec le temps, il n'est jamais trop tard, soyez-vous comme vous aimeriez être vous, et pas comme les autres, imitant leurs jeux qui ne vous vont pas , jouant un rôle qui ne vous va pas.

Soyez vous avec vos envies de douce folie, de rires gigantesques, de chagrins sincères...

Comme vous avez dû le comprendre sur les derniers " articles" de mon ancien blog,  ( rappel c'est ici )

j'ai eu une mauvaise "surprise"  il y a peu , elle a laissé un goût de cerise pourrie sous la dent, j'ai été affectée, terriblement, mais depuis ce jour où  j'ai décidé d'enfermer mon coeur dans une boîte, de le garder bien à l'abri de peur qu'il ne s'effrite encore plus qu'il ne l'avait été, je me sens plus forte, je vous assure que j'arrive à visualiser cette image, il bat bien à l'abri dans sa boite, comme celle dans laquelle on trouve les biscuits maison, un soupçon de sucre glace sur mon coeur-biscotte, enveloppé de plumes... Il est en vie.

N'en déplaise aux saccageurs .
Je laisserai peut-être la cage de fer s'ouvrir un jour, pour le moment, ce petit bout de muscle bat une douce chamade rien que pour moi, cette mélodie me permet de tenir debout, d'avancer le dos droit même si parfois l'échine se courbe encore un peu ...

Ce soir aussi j'écoute une jeune chanteuse qui a déjà de beaux albums à son actif, ce soir c'est Joss  Stone qui souffle des mots tendres à mes oreilles, je vous laisse l'écouter là 

A vous d'en découvrir d'autres si le coeur vous en dit.

Ces cordes vocales ont été taillées dans un cristal pur, c'est certain...

Ce soir je vous offre un coucher de soleil d'un soir passé à deux pas de chez moi, un peu d'or et de pénombre rien que pour vos yeux

 

soir

" Les soleils couchants revêtent les champs, les canaux, la ville entière, d'Hyacinthe et d'or" Charles Baudelaire

Les fleurs du mal